Jump to content

SBHR

Members
  • Content Count

    595
  • Joined

  • Last visited

About SBHR

  • Rank
    Active Member

Recent Profile Visitors

1,565 profile views
  1. Il ne faut pas avoir honte de voler sur MSFS. La preuve, je vole bien à dos de dragon dans Elder Scrolls V. Et les graphismes sont très jolis aussi. FSX doit savoir se montrer tolérant avec les nouveaux venus.
  2. Mais qu'en sais-tu au fait ? Mais ce serait plutôt cohérent justement de ne pas l'avoir, vu ma perception du truc ? Non ? On a testé sur pièce en fait. Même avis avant qu'après.. C'est beau...
  3. C'est ce qui est le plus stupéfiant dans cette affaire. On paie 100€. On est en version BETA en production qui peut durer pendant deux ans. Et cela ne gêne pas. Je dois vieillir... mais rien vu de tel ailleurs aussi. Ah si, Star Citizen mais c'est du mécénat volontaire. Bon... j'arrête de râler. Reprenons le fil du sujet.
  4. La position dominante est encore à confirmer cependant. Effectivement, le taux de remboursement est forcé à nul pour ceux qui achètent sur Steam vu qu'il faut plus de deux heures pour installer et que c'est considéré comme du temps de jeu. N'oublions pas que les mises à jour sont gratuites à ce jour. Si la disqualité arrête les nouveaux clients, le financement se fera sur les mises à jour. Et là, du coup, même un client "enfermé" peut y réfléchir à deux fois avant de payer. Le signalement de bugs, c'est vrai dans tous les logiciels. Leur correction effective peut faire prendre d
  5. Ce qui en soi serait la risée mondiale du monde de l'informatique. Jamais vu aucun statut "résolu'" pour un bug qu'on a authentifié. Les bugs bloquants, il n'est en général pas nécessaire de les classer tellement on doit les corriger rapidement sauf si... on en a une clique. Le système du classement du bug est une farce aussi. Imaginez que l'on vous vende une machine à laver qui ne fonctionne pas totalement et qu'on vous demande dans quel ordre vous voulez qu'on la répare. On ne demande pas. On répare. Point. Et vite fait en plus. Et last but not least... le sys
  6. Bouffer peut-être pas. Mais je sens que certains qui ont bloqué leurs achats sur P3D (FSX...) vont y revenir. Continuez à nous tenir au courant de l'état des ventes de temps en temps. Ce sera très instructif. Signes qui ne trompent pas par ailleurs : - la production d'addons freeware sur FSX et P3D ne faiblit pas, tout type confondu. - les réseaux VATSIM et IVAO regorgent encore de pilotes sur ces simulateurs (et pour cause, bien sûr), ceci, analyse du client utilisé à l'appui.
  7. Et dire que certains osent dire que FVFR abandonne FSX ou P3D. Voilà bien la preuve du contraire. Vous êtes une drôle d'unité de production de qualité et de diversité tous les deux.
  8. Merci Nicco. Très juste. Sauf que quand c'est moi qui le dit, je me fais massacrer. Cela dit, je "vole" sur Google Earth et "j'atteris" dans Google View Street régulièrement. Et c'est extrêmement agréable. D'aucun me dirait donc : "mon cher SBHR, pourquoi ne pas voler sur MSFS ?". Et je répondrais :"Parce que ces deux produits Google sont moins buggés et plus réalistes que MSFS". Mais, certes, ce serait une bonne remarque. Le jour où les défauts de MSFS auront disparu, alors peut-être serais-je le plus heureux parmi vous de voler dans ce Microsoft Flight Google Earth Simu
  9. Dans l'ordre, ils peuvent aussi rechercher un produit moins buggé, dont le paramétrage des périphériques est moins problématique et avec une étendue de compatibilité plus évidente, avec un niveau de performance un peu supérieur pour tenir compte des configurations moins riches, dont l'installation ne présente pas un risque à chaque mise à jour et un SDK qui permette d'envisager l'arrivée de liners sérieux. La perfection et les détails, non, nous ne sommes pas si exigeants en fait. Et même si FSX/P3D ont traversé cette normale galère au début, ben, on n'y était pas. C'est pour cela qu'on a
  10. C'est pas brouzouf mais c'est gratuit. Quand cela ne le sera plus, il faut espérer que cela sera plus consistant effectivement.
  11. Rien de plus à dire. Entièrement d'accord. C'est simuler le vol qui compte en premier. L'évasion du voyage peut venir ensuite et c'est aussi très agréable, bien sûr. Dans cet ordre, en général, on peut bien parler d'un simulateur.
  12. J'avais lu l'article qui commence assez justement par "Permettant de voyager aux quatre coins du monde", ce qui résume assez bien la fonctionnalité du logiciel à ce jour. La transcription faite par le testeur du Q&A est assez juste car plutôt prudente, utilisant le conditionnel, le futur, le prochainement, le souhait... Vivement que nous sortions de cette période de bonne volonté pour transformer l'essai.
×
×
  • Create New...